Home Politique APRÈS LE PASSAGE DE LEUR VÉHICULE SUR UN ENGIN EXPLOSIF IMPROVISE (EEI)...

APRÈS LE PASSAGE DE LEUR VÉHICULE SUR UN ENGIN EXPLOSIF IMPROVISE (EEI) DANS LA RÉGION DE BANDIAGARA: TROIS CASQUES BLEUS SÉNÉGALAIS TUÉS HIER, CINQ AUTRES BLESSÉS

19
0

TROIS CASQUES BLEUS SÉNÉGALAIS ONT ÉTÉ TUÉS ET CINQ AUTRES BLESSÉS GRIÈVEMENT, HIER, MARDI 21 FÉVRIER, LORSQUE LEUR VÉHICULE A HEURTÉ UN ENGIN EXPLOSIF IMPROVISÉ (EEI). L’INCIDENT EST SURVENU ENTRE PAROU  ET SONGOBIA, SUR L’AXE MENANT DE BANDIAGARA À BANKASS.

Les faits se sont produits dans une zone d’intervention des Casques bleus sénégalais. En effet, ces derniers mènent, depuis plusieurs mois,  des opérations de patrouille en vue de sécuriser certaines localités, souvent exposées à des attaques terroristes. Les Casques bleus, qui disposent d’une base dans la région, ont intensifié les opérations de sécurisation depuis les tueries de Diallassagou, perpétrées, courant 2022, par la Katiba Macina et qui avaient causé la mort de plus d’une centaine de civils.

Ainsi, c’est au cours de l’une de ces opérations que l’un des véhicules de la Force de la MINUSMA a sauté après son passage sur un engin explosif improvisé. En plus des pertes en vies humaines et des blessés,  dont certains grièvement, il est à déplorer des dégâts matériels importants.

Aussi, faut-il signaler que l’incident s’est produit dans une zone qui est régulièrement visée par des attaques aux engins explosifs improvisés (EEI). Dans la zone, des infrastructures sont régulièrement prises pour cible par des assaillants, notamment des ponts, qui sont détruits à l’aide d’explosifs.

Ce n’est pas la première fois que des Casques bleus sénégalais perdent l’un des leurs dans la région de Bandiagara. Un Casque bleu sénégalais a trouvé la mort et dix autres ont été blessés dans le village de Fiko, à au moins sept kilomètres de Sévaré, au mois de février 2022, suite à un accident de la circulation.

Les engins explosifs, comme nous l’annoncions dans notre parution d’hier mardi, continuent de faire de nombreuses victimes civiles et militaires.

A rappeler qu’au moins 298 Casques bleus sont décédés au Mali, depuis le début de la mission en 2013, dont plus de la moitié dans des actes hostiles, notamment des attaques aux EEI. Ce qui fait de la MINUSMA la mission de maintien de la paix de l’ONU la plus meurtrière au monde.

Abdoulaye DIARRA

Source: l’Indépendant

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here