Home Actualites AFFAIRE DE BLASPHÈME : DOUMBI FAKOLY CONDAMNÉ À 8 MOIS DE PRISON...

AFFAIRE DE BLASPHÈME : DOUMBI FAKOLY CONDAMNÉ À 8 MOIS DE PRISON AVEC SURSIS, SES COACCUSÉS ACQUITTÉS

23
0

Doumbi Fakoly Doumbia (leader de la secte kamite), Salif Dembélé, Diakaridia Traoré alias “Manoko”, Lamine Doumbia dit “Kolokoto”, Aboubacar Kéita et Naman Doumbia étaient à la barre du Tribunal de la Commune IV du district de Bamako le mardi 31 janvier 2023 dans l’affaire de propos dits blasphématoires. Ils avaient été placés sous mandat de dépôt le jeudi 3 novembre 2022. Le délibéré a été rendu le mardi 14 février 2023, à l’issu duquel Doumbi Fakoly a été condamné à 12 mois d’emprisonnement dont 8 avec sursis. Ses coaccusés ont été acquittés.

Le mardi 31 janvier 2023, Doumbi Fakoly Doumbia (leader de la secte Kamite), Salif Dembélé, Diakaridia Traoré alias “Manoko”, Lamine Doumbia dit “Kolokoto”, Aboubacar Kéita et Naman Doumbia étaient à la barre du Tribunal de grande instance de la Commune IV du district de Bamako pour répondre des faits de propos dits blasphématoires.

Les faits. Il s’agit de l’affaire d’une vidéo qui a circulé sur la toile à un moment et qui n’a cessé de susciter des réactions de la part des religieux (musulmans). Dans ladite vidéo, on voyait un individu nommé Madou Doumbia (toujours en cavale) tenant des propos et actes blasphématoires contre l’islam.

Cette sortie n’a pas laissé indifférente les plus hautes autorités du pays. Elles ont réagi à travers un communiqué émis par le ministère des Affaires religieuses, du Culte et des Coutumes, en condamnant cet acte dit blasphématoire sans réserve avant d’assurer la communauté musulmane et toutes autres communautés religieuses reconnues en République du Mali, de son engagement à accompagner dans la gestion de cette affaire.

Par la suite, 6 personnes ont été interpellées et mises sous mandat de dépôt le jeudi 3 novembre 2022. II s’agit de l’écrivain Doumbi Fakoly Doumbia, cité comme étant le leader de ladite secte, du frère de l’auteur des actes blasphématoires, Salif Dembélé, de Diakaridia Traoré surnommé “Manoko”, Lamine Doumbia dit “Kolokoto”, Aboubacar Kéita et Naman Doumbia. Ils sont tous plus ou moins proches de l’auteur principal.

Le mardi 31 janvier 2023, ils ont répondu présents à la barre du Tribunal de la CIV accompagnés de leur collectif d’avocats. A la barre, les inculpés n’ont pas reconnu les charges à eux reprochés. A part Salif Dembélé, ils se sont tous affirmés non musulmans. Ce facteur pourrait prouver leur appartenance à cette secte. Prenant la parole, leurs avocats ont plaidé non coupable et déclaré un manquement au niveau de la constitution de l’infraction contre leurs clients.

S’agissant de la partie civile, le Haut conseil islamique du Mali (HCIM), représentée par Me Mountaga Tall, elle a souligné que les propos tenus par l’auteur principal ainsi que Doumbi Fakoly Doumbia sont haineux envers la religion musulmane. Il a demandé qu’on les maintienne en détention.

De son côté, le parquet a requis la mise en liberté des 5 personnes tout en sollicitant 3 ans de prison ferme pour le leader de la secte Kamite, l’écrivain Doumbi Fakoly Doumbia. Après ces échanges, le juge en charge du dossier au niveau du Tribunal de grande instance de la CIV a renvoyé le verdict au 14 février 2023.

Le délibéré de ce procès Doumbi Fakoly et autres a été vidé. Le tribunal a acquitté les cinq autres et maintenu Doumbi Fakoly dans les liens de l’accusation en le condamnant à 12 mois d’emprisonnement dont 8 avec sursis. En principe, il doit rentrer à la maison compte tenu de son temps de détention préventive.                     

   Marie Dembélé

Source :  Aujourd’hui-Mali

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here