Home Société AVIATION : QUE DEVIENNENT LES AÉRODROMES DES CERCLES ?

AVIATION : QUE DEVIENNENT LES AÉRODROMES DES CERCLES ?

25
0

Au moment où l’armée malienne table sur l’acquisition de centaines d’avions, il y’a un sérieux problème d’infrastructures au niveau local. Mal entretenus, parfois envahis par les herbes et les arbustes, il existe plus d’une quarantaine d’aérodromes au Mali, notamment dans les cercles. A présent, le défi du ministère des Transports et des Infrastructures est de remettre en service ces pistes d’atterrissage pour aider l’armée dans sa lutte contre les groupes terroristes. En effet, ces pistes construites dans des endroits reculés, emménagés pour recevoir des avions en cas d’urgence ou pas, sont dans l’oubli total depuis plusieurs décennies.

Par définition, un aérodrome est un site, civil ou militaire, aménagé pour permettre aux avions de décoller et d’atterrir, et doté de l’infrastructure nécessaire pour les préparer à leurs missions. En règle générale, l’aérodrome comprend une ou plusieurs pistes d’envol et d’atterrissage, des aires de stationnement, des ateliers de réparations et de vérifications. Le site est souvent le lieu d’implantation d’associations ou d’entreprises ayant des activités liées à l’aéronautique. Mais dans le cas malien, malgré la renaissance de la flotte nationale, rien de tout cela n’est acquis.

Dans un aérodrome, le contrôle local du trafic aérien est assuré à partir d’une tour de contrôle s’il y a le besoin. Les services de contrôle régionaux y sont souvent localisés. Selon les spécialistes de l’aéronautique, au début de l’aviation il n’existait pas de pistes en dur et les avions utilisaient des surfaces planes couvertes d’herbe d’où le terme de champ d’aviation. Le Mali se trouve dans cette situation aujourd’hui où le maillage du territoire national par des avions de combat et de surveillance nécessite le développement de plusieurs infrastructures au niveau local.

Selon les spécialistes, les avions décollaient et atterrissaient contre le vent, ce qui rend nécessaire l’utilisation des couloirs de vol par plusieurs avions. Le Mali est en guerre, et les conflits font monter l’usage des pistes secondaires incontournables. Pour mémoire, la première guerre mondiale où des milliers d’avions ont été utilisés simultanément dès 1914 a imposé une certaine discipline dans les procédures afin d’éviter les accidents. Les aérodromes ont été progressivement pourvus de balisages pour délimiter des pistes souvent multiples car l’atterrissage par vent de travers était alors difficile voire impossible.

Au Mali, les aéroports qui sont mieux équipés se comptent du bout des doigts. Or, le destin des aéroports est intimement lié à celui des aérodromes. La tâche est immense pour le ministère des Transports et des Infrastructures et le génie militaire qui doivent travailler ensemble afin de relever le défi des aérodromes. La liquidation des services de travaux publics après la chute du régime du général Moussa Traoré a plongé les aérodromes maliens dans une dégradation avancée. Pendant plusieurs décennies, les pistes d’atterrissage n’ont pas été régulièrement entretenues par les autorités.

Soumaïla Diarra

Source : LE PAYS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here