Home Actualites FESPACO : LE MALI, INVITÉ D’HONNEUR DE LA 28ÈME ÉDITION

FESPACO : LE MALI, INVITÉ D’HONNEUR DE LA 28ÈME ÉDITION

45
0

Dans le cadre des préparatifs du Festival panafricain du cinéma et de la télévision d’Ouagadougou (Fespaco), une conférence de presse a été animée, le 13 février dernier, au cœur du ministère de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme du Mali. Objectif : annoncer que le Mali est l’invité d’honneur de la 28ème édition du Fespaco, prévue du 25 février au 4 mars 2023 prochain au Burkina Faso.

La conférence s’est tenue sous la houlette d’Hamane Demba Cissé, secrétaire général du département de l’Artisanat et de la Culture du Mali. C’était en compagnie de Bètamou Fidèle Aymar Tamini, secrétaire général du ministère de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme du Burkina Faso, d’Alex Moussa Savadogo, délégué général du Fespaco. Dans le domaine de l’art, de la culture et du cinéma, le Mali doit continuer de se battre pour garder le leadership au niveau continental et mondial. « La 28ème édition va se tenir dans deux semaines. Nous sommes très heureux que le Mali soit choisi comme invité d’honneur à ce festival. Parce que le Burkina et notre pays constituent un seul pays. Nous sommes deux poumons dans un même corps », explique le secrétaire général du département malien. La présence de la délégation burkinabè au Mali consiste, d’après lui, à voir comment organiser, voire mieux organiser ce festival qu’aura lieu dans quelques semaines à Ouagadougou, au Burkina Faso. Aux dires d’Hamane Demba Cissé, le choix du Mali a été porté par trois(3) motivations essentielles dégagées par le ministère de l’Artisanat. La première, dira le secrétaire, est la consolidation du Mali en ce qui concerne son statut sur la scène internationale. « Cela est la première motivation pour nous d’accepter cette invitation du Burkina en tant qu’invité d’honneur », spécifie le secrétaire. La deuxième motivation, poursuit Hamane, c’est l’opportunité que cette invitation pourra offrir au Mali pour, explique-t-il, redorer son image au niveau international. Puis de soutenir que c’est un droit pour le Mali d’avoir cette invitation venant d’un pays frère et voisin. Et d’affirmer que cette 28ème édition sera l’occasion pour relancer le positionnement du Mali en ce qui concerne le cinéma régional et international. « Donc, nous allons pleinement jouer notre rôle. Le Mali et le Burkina doivent se soutenir. Le meilleur moyen que nos pays disposent et partagent est leurs cultures. L’invitation du Mali à ce festival a fait l’objet de communication en conseil des ministres. Nous ne partons pas en tant qu’invité d’honneur seulement, mais pour aussi compétir », termine le Malien Cissé.

Quant au secrétaire burkinabè, le Mali et le Burkina se sont engagés, depuis quelques mois, sur des chantiers communs au regard des défis qu’ils partagent. « Cette volonté de nos deux chefs d’Etats et de leurs gouvernements de renforcer leur coopération nous a semblé une opportunité de faire du Mali, notre voisin, notre hôte de marque à ce festival », souligne Bètamou Fidèle. Lors de cette rencontre, des réflexions seront portées sur le défi sécuritaire et la consolidation de la paix. Donc, dit-il, le choix du Mali n’est pas hasard. C’est un choix de raison qui vient renforcer nos capacités à agir ensemble. Cela, ajoute le Burkinabè, conformément à la volonté des autorités des deux pays de faire du renforcement de leurs liens un axe porteur d’espoir et de progrès. « Le choix du Mali trouve tout son sens aussi dans l’engagement des Maliens à faire du Fespaco ce qu’il est aujourd’hui : un festival de renom. Le Mali peut être fier de ses cinéastes ». « Au Burkina et partout dans le monde, on ne peut oublier Bara de Souleymane Cissé, Finyè du même Souleymane, Guimba de Cheick Oumar Sissoko », a-t-il rappelé en rapportant que depuis les premières heures du Fespaco, le Mali a toujours été présent avec ou sans film. Pour le directeur général du centre national du cinéma du Mali(CNCM), Fousseyni Maïga, le Fespaco est la coupe d’Afrique du cinéma. Il faut, de ce fait, beaucoup d’efforts pour pouvoir remporter les prix. À cet effet, va-t-il poursuivre, n’eut été cette invitation, le Mali n’allait pas participer aux festivités de ce festival cette année. Mais avec cette invitation, dira le DG, le Mali participera avec dix (10) films.

Mamadou Diarra

Source: LE PAYS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here