Home Actualites ABATTAGE CLANDESTIN ET VOL D’ÂNES À KATI: 5 INDIVIDUS MIS SOUS LES...

ABATTAGE CLANDESTIN ET VOL D’ÂNES À KATI: 5 INDIVIDUS MIS SOUS LES VERROUS PAR LE COMMISSARIAT DE POLICE DE KATI-COURA !

18
0

C’EST LE 28 JANVIER DERNIER AUX ENVIRONS DE 14H QUE CES 5 INDIVIDUS SE NOMMANT PAR LEURS INITIALES RESPECTIVES B.C, A.C, L.C, B.C, ET A.CO ONT ÉTÉ PRIS LA MAIN DANS LE SAC DANS UNE MAISON À KATI EN PLEIN ABATTAGE CLANDESTIN D’ÂNE APRÈS LES AVOIR VOLÉS. ILS ONT ÉTÉ INTERPELLÉS ET CONDUITS AU COMMISSARIAT DE POLICE DE KATI-COURA (EX 1ER ARRONDISSEMENT DE KATI) PAR LES HOMMES DU COMMISSAIRE DIVISIONNAIRE SORY IBRAHIMA SANGARÉ. PUIS DÉFÉRÉS DEVANT LE PARQUET DU TGI DE KATI.

Attention, les viandes d’âne peuvent toujours être dans nos assiettes ! Cette alerte vaut son pesant d’or, s’il s’avère que le phénomène de vol et d’abattage clandestin d’âne continuent toujours, notamment dans une ville peuplée comme Kati, située à 15 km de la Capitale, Bamako.Pour rappel, il y’a quelques années de cela, ce phénomène de vente des viandes d’âne était développé sous nos tropiques. Mais grâce à la perspicacité des forces de l’ordre, on avait pensé qu’il n’avait plus court. C’était sans compter sur le courage et le goût de l’argent sale de certains, spécialistes en vol et abattage clandestin de cet animal dont la consommation de la viande est impropre chez nous.

Le 28 janvier dernier, le Commissariat de Police de Kati-Coura a appréhendé cinq auteurs de ce délit.

C’est suite à de diverses dénonciations que le commissaire divisionnaire de ladite Unité, Sory Ibrahima Sangaré a mis sur le coup, sa Brigade de Recherches, en sa tête, le Lieutenant de police, Bourama Toulema alias ”Zote” de mener une investigation prompte et minutieuse sur ce dossier dans le but de mettre la main sur ces gens qu’on peut qualifier de ‘’dangers publics’’. Et cela n’a donc pas pris du temps, car avec détermination, professionnalisme et expérience, ledit chef BR et ses Hommes ont pu localiser et interpeller ces 5 personnes, le 28 janvier 2023, en pleine journée, aux environs de 14h dans une maison à Kati qui leur sert d’abattoir, vu qu’ils ont été pris en train d’abattre clandestinement une dizaine de têtes d’âne après les avoir volés.

C’est la quête du gain facile qui aurait conduit ces individus d’évoluer dans ce secteur malsain.Cela, pour la simple raison qu’ils évoluent tous dans d’autres métiers : conducteurs de mototaxis, éleveur et ouvrier.

A l’interrogatoire, ils n’ont point démenti les faits. D’ailleurs, ils diront que plusieurs marchés de ladite localité étaient fournis de cette viande dont la consommation est interdite par nos textes.Ainsi, cette nouvelle nous amène à nous poser certaines interrogations. Avons-nous consommé ces viandes d’âne à notre insu? Cela ne crée-t-il pas un doute de la qualité des viandes vendues dans nos marchés?

En abondant dans la même pensée, le Commissaire Divisionnaire Sory Ibrahima Sangaré a invité la population, surtout nos mamans à plus de vigilance au marché. Cette vigilance consiste à veiller sur l’authenticité des cachés des services vétérinaires sur les viandes destinées aux boucheries des marchés.

Quant aux présumés-accusés, ils sont à présent à la disposition du Parquet du Tribunal de Grande Instance (TGI) de Kati en attente de leur procès.

Par Mariam Sissoko

Source: Le Sursaut

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here